Accessibility:   A A


Archive for the ‘Member Spotlight’ Category

Congratulations! / Félicitations!: ArtBridges Annual Recognition Awards / Les prix honorifiques annuels de ToileDesArts

We are pleased to announce the award winners for ArtBridges Second Annual Recognition Awards!

The awards showcase remarkable work in community-engaged arts in Canada in three categories: Innovation!, Resiliency! and Creativity!

The award process: In late 2015 we did a call for ArtBridges annual fee-paying Members to participate in award nominations. All of the entrees were compelling and demonstrated amazing work. The awards jury was comprised of three active leaders in community arts in Canada from Montréal, Halifax and Toronto who are not Members of ArtBridges. The recipients will each receive a certificate and an award of $250.

Nous avons le plaisir de vous présenter les lauréats des deuxièmes Prix honorifiques annuels d’ArtBridges/ToileDesArts!

Ces prix soulignent un travail remarquable dans le domaine de l’art communautaire au Canada. Il y a trois catégories : Innovation, Résilience et Créativité.

Le processus de sélection : À la fin de 2015, nous avons invité les membres cotisants d’ArtBridges/ToileDesArts à soumettre leur candidature pour les prix honorifiques. Tous les dossiers qui ont été soumis étaient intéressants et témoignaient d’un excellent travail. Le jury était composé de trois personnes très dynamiques dans le milieu de l’art communautaire au Canada; elles venaient de Montréal, d’Halifax et de Toronto et n’étaient pas membres d’ArtBridges/ToileDesArts. Chacun des récipiendaires recevra un certificat et un prix de 250 $.

Congratulations to / Félicitations aux lauréats! :

The Remarkable Innovation! Award to / Le prix soulignant une innovation remarquable est remis à : 4Cs Foundation’s Art Bikers Program

4cs-artbikers-logo

“The 4Cs Foundation provides grants, education and other opportunities for community arts projects that inspire, empower, and connect children and their communities in Halifax, Nova Scotia. We believe that creating art together fosters the development of relationships, builds connections and strengthens communities.” (website)

The Mandel Surprise-Me Award for Innovation is sponsored by the Ruth Mandel – WHO GIVES Fund.

« La 4Cs Foundation offre des bourses, des cours et d’autres ressources à l’intention des projets d’art communautaires qui insufflent de l’inspiration aux enfants d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, favorisent leur autonomisation et nourrissent leurs liens avec leur milieu. Selon nous, faire des activités artistiques en groupe contribue à l’établissement de relations interpersonnelles et de connexions, ce qui renforce les collectivités.» [site web (notre traduction)]

Le prix Mandel « Surprenez-moi! » pour l’innovation est commandité par le Ruth Mandel – WHO GIVES Fund.

The Remarkable Creativity! Award to / Le prix soulignant une créativité remarquable est remis à : MU

mu-logo

« MU est un organisme de bienfaisance qui transforme l’espace public montréalais en réalisant des murales ancrées dans les communautés. Depuis 2007, MU a réalisé plus de 80 murales d’envergure et pérennes dans 15 quartiers de la ville en plus de mettre en œuvre un important volet éducatif. » (site web)

MU is a charitable organization transforming Montréal public spaces through the creation of murals anchored in communities. Since 2007, MU created 80 large long-term murals in 15 neighbourhoods in the city, in addition to its important educational component.” [website (our translation)]

The Remarkable Resiliency! Award to / Le prix soulignant une résilience remarquable est remis à : ArtHeart Community Art Centre

artheart-logo

For over two decades ArtHeart has been a stabilizing presence in the community of Regent Park. We provide free visual arts education, programs, materials and a nutritious meal to children, youth, adults and seniors living in Regent Park and the surrounding neighbourhoods.

Our mission is to provide participants with a supportive environment in which they can create and learn, build self-esteem and develop life skills. By putting their hands and imaginations to work, our participants are empowered to improve their quality of life. (website)

« Depuis plus de 20 ans, ArtHeart a joué un rôle de stabilisateur pour la population de Regent Park. Nous offrons gratuitement des cours d’arts visuels, différents programmes, du matériel et un repas nourrissant aux enfants, aux adolescents, aux adultes et aux aînés qui vivent dans Regent Park et les quartiers avoisinants.

Notre mission est de donner aux participants un milieu propice à la création, à l’apprentissage et au développement de l’estime de soi et d’habiletés fondamentales. En mettant leurs mains et leur imagination à la tâche, nos participants acquièrent la capacité d’améliorer leur qualité de vie. » [site web (notre traduction)]

Exeko lance ses premières bourses “Art, philo & communauté”, deux projets à découvrir!

Photo: Mikaell Theimer

Photo: Mikaell Theimer

“En octobre dernier, en partenariat avec la CSQ, l’Esplanade, le pôle IDEOS du HEC Montréal et Rise Kombucha, Exeko lançait ses toutes premières Bourses “Arts, philosophie & communautés” visant ainsi à soutenir un projet social novateur au carrefour des arts et de la philosophie en vue de lutter contre l’exclusion sociale, culturelle et intellectuelle. Jeudi, le 7 janvier dernier, il n’aura fallu pas moins de 4h de délibération pour déterminer les 2 projets chacun porté par un duo d’étudiant.es que nous auront le plaisir de mettre de l’avant dans les mois à venir.

Chaque duo sélectionné se voit remettre :

2 500$ pour réaliser un projet novateur
Une formation à la médiation intellectuelle et à sa posture éthique sur le terrain par Exeko
Un accompagnement en gestion de projet par le pôle IDEOS de HEC
Un accès aux bureaux et salles de conférence de l’Esplanade

La bourse CSQ​ est remise au projet Improvisation libre, par Annick Davignon et Joëlle Sarrailh.

Projet: Exploration dans un cadre scolaire de différents groupes de jeunes 12-15 ans, avec ou sans trouble du spectre de l’autisme (TSA) les thèmes d’identité, de la norme et des préjugés à travers des jeux inspirés du monde de l’improvisation.

La bourse Rise Kombucha est remise au projet Sans-habit, par Catherine Ménard-Jolin et Camila Forteza.

Projet: Rencontres citoyennes dans le métro entre artistes et personnes en situation d’itinérance. À travers l’acte de s’habiller et se déshabiller dans le wagon, la performance offre des échanges de peau empreinte d’une nouvelle vie.

Pour suivre l’actualité des boursières, #bourses2016 sur nos réseaux sociaux et abonnez vous à notre blog.”

PAR CHLOE BARRETTE-BENNINGTON, 2 FÉVRIER 2016, 15:43

image

-source : Exeko
Lire le profil d’Exeko dans notre répertoire et carte de l’art communautaire au Canada

Exposition-Vente: Lever de Fonds pour soutenir Les Impatients (Montréal)

image002Les Impatients sont de retour avec la 18e édition de leur exposition-encan Parle-moi d’amour Montréal. Le public est convié le 6 février dès 14h à son ouverture publique. Il sera possible dès cette date de miser sur ses coups de cœur. Les profits de la vente des œuvres permettent à l’organisme Les Impatients de poursuivre ses activités et son développement en région. L’exposition-encan réunira plus de 300 œuvres. C’est une occasion unique d’encourager la mission des Impatients en se procurant les œuvres d’Impatients ou d’artistes de renom tels Raymonde April, BGL, Marie-Claire Blais, Valérie Blass, Kittie Bruneau, Manon De Pauw, Karine Giboulo, Trevor Gould, Michel Goulet, Jacques Hurtubise, Brian Jungen, Fernand Leduc, Luce Meunier, Guido Molinari, Jean McEwen, Natascha Niederstrass, Mathieu Latulippe, Yannick Pouliot, Carlos & Jason Sanchez, Marc Séguin et Françoise Sullivan. En plus des artistes qui font généreusement don d’une œuvre pour soutenir la cause, Les Impatients, comptent sur l’implication de personnalités qui croient en leur travail et donnent de leur temps pour la cause. Ainsi, pour la troisième année James Hyndman agit en tant que porte-parole et Jo-Ann Kane préside le comité d’honneur de l’événement. L’artiste Yannick Pouliot a été nommé parrain de cette 18e édition, pour l’occasion il fait don d’une sculpture. Jean-Sébastien Girard, animateur et chroniqueur à ICI Radio-Canada, animera la soirée de clôture à la fin de laquelle trente œuvres triées sur le volet seront mises à la criée. Cette soirée aura lieu le 15 mars dès 17 h 30, les billets pour cette soirée seront en vente au coût de 20 $, disponibles dès le 6 février sur impatients.ca. Au fil des années, Parle-moi d’amour a permis d’assurer un développement en région. Nous comptons au Québec maintenant 10 centres qui desservent plus de 500 participants par semaine. Les Impatients ont pour mission de venir en aide aux personnes ayant des problèmes de santé mentale par le biais de l’expression artistique. Ils offrent des ateliers de création et favorisent les échanges avec la communauté par la diffusion des réalisations de leurs participants.  Parle-moi d’amour 18e édition Du 6 février au 15 mars 2016 à Montréal Ouverture grand public samedi 6 février de 14 h à 17 h Soirée de clôture mardi 15 mars dès 17 h 30 • Billets : 20 $ disponibles à impatients.ca dès le 6 février. Édifice de la Chapelle historique du Bon-Pasteur (1er et 4e étage) 100, rue Sherbrooke Est, Montréal”

source : Les Impatients Lire le profil des Impatients dans notre répertoire et carte de l’art communautaire au Canada

Soutenez le théâtre communautaire francophone en Ontario!

Le théâtre communautaire la Barouette a comme mission de promouvoir le théâtre francophone en région d’Ottawa, de permettre aux artistes locaux de rayonner et de donner l’occasion aux artiste amateurs de monter sur les planches.L’organisme prépare actuellement un programme de formation communautaire dans lequel des comédiens amateurs pourront monter un spectacle tout en apprenant des professionels du milieu.Si vous souhaitez les soutenir tout en passant un bon moment, ce spectacle de contes et légendes ravira petits et grands!

unnamed

“Rejoignez-nous dès 15 h à l’Académie de la Seigneurie (côté élémentaire) à Casselman dans le cadre d’un après-midi familial avec des activités pour les enfants par les Les Camps d’été Kawabunga & la décoration de cupcakes avec Les p’tits gâteaux de Véro. Pour couronner le tout, il y aura la présentation des contes accompagnés de musique festive!

Dès 19 h, place à notre soirée de contes et terminez la soirée avec un cocktail Barouette ou encore une bonne bière de notre partenaire, Cassel Brewery Co. ! De nombreuses activités sont à l’horaire tel qu’un tournoi de jeux de poches, un 50/50, un concours “ugly sweater” de Noël et bien plus encore!”

Pour réserver vos billets et soutenir ce théâtre communautaire, cliquez ici!

Billet adulte (19 ans et +): 30$ (comprend 3 billets de 50-50)
Billet étudiant (12 – 18 ans): 20$
Billet enfant (0 – 11 ans): 10$

Screen Shot 2015-12-03 at 10.12.17 AM

Source; logo et flyer: Théâtre la Barouette

Le Théâtre La Barouette annonce son premier spectacle communautaire (ON)

Le Théâtre la Barouette annonce son tout premier spectacle
communautaire qui se tiendra les 8 et 9 avril 2016.

Ajoutant un second spectacle à sa programmation, la Barouette
propose un spectacle qui promet de faire vivre à son public une gamme complète d’émotions.
«Dans le cadre du spectacle communautaire, l’organisme prépare actuellement un programme de formation unique en son genre dans lequel les comédiens amateurs de la production pourront participer à des formations offertes par des professionnels du milieu du théâtre », souligne Jean-Philippe Forgues, Directeur artistique du Théâtre la
Barouette.
La Barouette présentera À frais virés, un texte d’André Jean, dans une mise en scène de Pierre-Luc Blouin, metteur en scène de la relève franco-ontarienne. Il s’agit par le fait même d’un rappel aux sources du théâtre franco-ontarien, puisque cette même pièce a été montée à Casselman il y a plus de vingt ans. Le spectacle raconte l’histoire de
Nancy, étudiante en techniques policières, et Gaétan, passionné d’électronique, vivant ensemble depuis quelques mois, mais n’osant pas en informer leurs parents. Leur situation se complique davantage car le père de Nancy croit que sa fille embrassera la médecine et la mère de Gaétan est convaincue que son fils a reçu la vocation. Que se passera-t-il quand toute cette ribambelle se rencontrera à Casselman?

F375CE69-44FA-45DB-B2B6-3A1AB7CEFF75:afv_banniere-ta
De plus, un appel aux candidatures pour le spectacle est maintenant lancé. La Barouette est à la recherche de comédiens et de concepteurs (décors, costumes, accessoires) pour compléter leur équipe de production. Il s’agit d’une opportunité unique pour les francophones de la région de l’est Ontarien de s’impliquer dans un projet d’envergure. Les auditions pour ces divers rôles se tiendront le 1er octobre entre 19 h et 21 h et le 3 octobre de 10 h à 15 h à Casselman. Le lieu sera annoncé prochainement. Pour participer veuillez communiquer avec Jean-Philippe Forgues: jp.forgues@labarouette.ca

À propos de la Barouette
Le Théâtre la Barouette est un organisme à but non lucratif œuvrant principalement durant la période estivale pour proposer des spectacles à la communauté de Casselman et ses environs depuis maintenant cinq ans. Celle-ci tente de redéfinir le théâtre d’été en proposant des textes qui sauront plaire tant aux initiés qu’aux nouveaux spectateurs. La Barouette a comme mission de promouvoir le théâtre francophone dans la région d’Ottawa, de permettre aux artistes locaux de rayonner et de donner l’occasion aux artiste amateurs de monter sur les planches. Pour plus de détails sur la compagnie de théâtre, consultez : www.labarouette.ca de la Barouette
Le Théâtre la Barouette est un organisme à but non lucratif œuvrant principalement durant la période estivale pour proposer des spectacles à la communauté de Casselman et ses environs depuis maintenant cinq ans. Celle-ci tente de redéfinir le théâtre d’été en proposant des textes qui sauront plaire tant aux initiés qu’aux nouveaux spectateurs. La Barouette a comme mission de promouvoir le théâtre francophone dans la région d’Ottawa, de permettre aux artistes locaux de rayonner et de donner l’occasion aux artiste amateurs de monter sur les planches. Pour plus de détails sur la compagnie de théâtre, consultez : www.labarouette.ca”

source et credit photo: Theatre la Barouette

 

Butinez aux Ruches d’Art pendant les Journées de la Culture 2015 (QC)

Les ruches d’art ou l’art communautaire par excellence.
La ToileDesArts ne vous présente plus le réseau des Ruches d’Art qui effectue un travail formidable dans divers quartiers de Montréal. Si vous n’êtes pas encore familiers avec ce beau collectif,vous pouvez consulter l’article compte-rendu de ma visite aux ruches de Montréal en Mars dernier.

“Pour les Journées de la Culture, les ruches ouvrent leurs portes encore plus grand que d’habitude, offrant divers ateliers et proposant 7 mini-ruches dans 7 bibliothèques montréalaises du 25 au 27 Septembre.
Des évènement à ne pas manquer!
Journeģes de la Culture

Programme :

Mini-Ruches dans les Bibliothèques:

Samedi le 26 septembre:
• Ahunstic, 14h-17h
• Notre-Dame-de-Grâce, 14h-17h
• Père-Ambroise, 14h-17h
• Côte-des-Neiges, 14h-17h

Dimanche le 27 septembre:
• Hochelaga, 13h-15h30
• Maisonneuve, 13h-15h30
• Le Prévost, 14h-17h

Portes Ouvertes dans les Ruches d’Art de Montréal:

• La Ruche d’Art St-Henri:
Vendredi le 25 septembre et samedi le 26 septembre, 14h-19h

• Coop Le Milieu:
Vendredi le 25 septembre, 13h-20h et samedi le 26 septembre 13h-17h

• Studio d’Art St-Sulpice:
Samedi le 26 septembre de 14h à 18h

• La Ruche d’Art du Y des Femmes:
Vendredi le 25 septembre, 15h-19h

• La Flèche Rouge, librairie et atelier de quartier:
Samedi le 26 septembre de 13h-17h

• La Place Commune:
Samedi le 26 septembre de 13h à 17h

• Galerie Mile-End:
Vendredi le 25 Samedi le 26 et dimanche le 27 septembre, 12h-17h.

• La Ruche d’Art Pointe St-Charles:
Vendredi 25 septembre, 14h-19h

• Art Can Heal:
Vendredi 25 septembre,

• Mission Mile-End:
Vendredi 25 septembre, 10h-13h

Pour en savoir plus, consultez le site des ruches d’art  et le site des Journées de la Culture au Quebec

-Catherine Lamaison, coordonatrice francophone en art communautaire.
Source: ArtHives Network, crédit photo : Arthives Network

Gros plan sur MU – Montréal

Compte-rendu de visite de terrain par Catherine Lamaison, coordonnatrice francophone des arts communautaires pour la Toile des Arts.

Le mois dernier, profitant d’une escapade de quelques jours à Montréal, j’ai eu l’occasion de découvrir le travail de MU, un organisme de bienfaisance et membre fondateur de la Toile des Arts. Si on lève la tête et regarde autour de soi en se promenant dans les rues de la grande île, MU est un peu partout.

“Telle la mue d’un animal, MU transforme Montréal en donnant à ses murs une nouvelle peau”

Un organisme établi et reconnu

Inspirées par le Mural Arts Program de la ville de Philadelphie, Elizabeth-Ann Doyle et Emmanuelle Hébert créent l’organisme en 2007 avec pour objectif d’embellir la ville de Montréal, d’en faire un “musée à ciel ouvert” en réalisant des murales artistiques au sein des communautés locales et de déclencher une transformation sociale.

Screen Shot 2015-05-04 at 2.23.07 PM

MU @ St Michel 2007 credits: MU

Depuis la réalisation de la premiere murale dans le quartier de St-Michel, MU enchaine les succès et collecte les prix et distinctions. Les deux co-fondatrices ont de quoi être fières! Elle sont à l’origine d’une cinquantaine de murales et d’autant plus de projets communautaires dans quinze quartiers de la ville, d’une soixantaine d’emplois créés pour la relève artistique, de l’implication de plus de 5000 jeunes dans le cadre des programmes scolaires et communautaires de l’organisme, de la revitalisation de douze HLM (en partenariat avec d’autres organismes de la ville), de collaborations artistiques avec des pointures du milieu, de plus de 850 000 $ en honoraires artistiques et d’un grand nombres de distinctions.

Comment ça marche?

Les activités de MU se divisent en trois pôles : la mission éducative, le soutien et la réalisation de projets par des artistes professionnels et le programme de mentorat d’étudiants en arts.

Sur le plan éducatif, MU a développé le projet “Laisse ta Trace”. Avec l’aide de la commission scolaire, MU offre chaque année à trois écoles l’opportunité de participer au projet. Un artiste-médiateur intervient pendant 4 mois au sein d’une classe de 5ème secondaire et organise une série d’ateliers mêlant sensibilisation au milieu professionnel artistique, apprentissage et expérimentation, et aboutissant à la réalisation d’une murale collective dans leur école. Une belle expérience pour les jeunes qui ont l’occasion de découvrir des métiers et des pratiques liés aux arts visuels qui sont souvent marginalisés.

D’autres ateliers ponctuels sont organisés dans les écoles et centres communautaires qui le souhaitent. La mission éducative est essentielle pour l’organisme, mais c’est surtout grâce à ses impressionnantes murales qui font rayonner la ville que MU est devenu un incontournable de l’art de rue à Montréal. Réalisées par des artistes professionnels, parfois avec le soutien d’étudiants en art dont ils assurent le mentorat, ces oeuvres deviennent souvent de réels moteurs de transformation sociale. C’est ce que j’ai pu observer aux Habitations Jeanne Mance où MU intervient depuis des années et est devenu un acteur majeur de la revitalisation du plus vieil HLM de Montréal.

MU et les habitations Jeanne Mance

C’est un plein centre-ville, à la sortie du metro Berri UQAM, que se trouvent les habitations Jeanne Mance. Inaugurées en 1959, elles constituent le premier lotissement d’habitations à loyer modique (HLM) du Canada. Aujourd’hui ce sont des familles de 70 nationalités différentes qui y cohabitent et les bureaux de MU y sont adjacents. Participant à un projet de revitalisation du lotissement, MU a réalisé une série de murales sur le thème des quatres saisons, ainsi qu’une autre autour des cinq éléments. C’est sous une neige fondante que j’ai fait le tour des habitations avec Elizabeth-Ann pour découvrir ces murales ainsi qu’un travail impressionant de mosaïques réalisées avec les habitants du lotissement.

Rush of Fall – 2009 – David Guinn & Phillip Adams

Rush of Fall – 2009 – David Guinn & Phillip Adams

Winter Haze – 2009 – David Guinn & Phillip Adams

Winter Haze – 2009 – David Guinn & Phillip Adams

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Screen Shot 2015-05-07 at 11.54.52 AML’art communautaire prend tous son sens avec le travail de MU aux habitations Jeanne-Mance. Tous les étés, durant un mois, MU organise un atelier mosaïque en plein air au coeur du lotissement et ouvert à tous pour continuer d’embellir les murs de la résidence. Il n’y a pas d’inscription, chacun est libre d’aller et venir et les animateurs de MU sont désormais connus dans tout le lotissement. Les enfants se mêlent aux personnes âgées pour faire de l’art et la communauté se soude. Un beau projet sur le fond comme sur la forme.

Pour en savoir plus sur MU, consultez leur site internet et leur profil sur la Toile des Arts.

-Catherine Lamaison, coordonnatrice en arts communautaires francophones

Gros Plan sur les Ruches d’Art de Montréal

Compte-rendu de visite de terrain par Catherine Lamaison, coordinatrice francophone des arts communautaires pour la Toile des Arts.

Artbridges/Toile des Arts étant une plateforme pan-canadienne avec des partenaires communautaires dans chaque province et territoire canadien, il n’est pas toujours évident pour notre équipe de rencontrer les associations avec lesquelles nous travaillons hors de l’Ontario (où se trouve nos locaux.) C’est pourquoi les membres de l’équipe d’Artbridges/Toile des Arts profitent souvent de déplacements personnels pour rendre visite aux partenaires qui se trouvent aux alentours de leur destination.

Screen Shot 2015-03-26 at 1.28.02 PMLe mois dernier, profitant d’une escapade de quelques jours à Montréal, j’ai eu l’occasion de visiter trois ruches d’art faisant partie du réseau Art Hives, partenaire et membre fondateur d’ Artbridges/Toile des Arts. Leurs travail et initiatives incarnent à merveille les valeurs de l’art communautaire et de l’art pour le changement social qu’Artbridges tente de promouvoir, et je vous invite à les découvrir.

Tout commence en 2011 lorsque DR. Janis Timm-Bottos, art thérapeute et professeur à l’université Concordia créée la premiere ruche d’art, La ruche St Henri, comme projet de recherche avec son groupe d’étudiants. Inspirée par deux ruches-ateliers avec lesquelles elle avait eu l’occasion de travailler au Nouveau-Mexique, Janis décide de développer un projet similaire à Montréal. En 2012; Rachel Chainey suit les traces de Janis et lance la coopérative Le Milieu dans le quartier de Ville-Marie. L’an dernier elles décident d’unir leurs forces et de développer le réseau Art Hives, pour recenser et unir les initiatives déjà existantes et développer de nouveaux projets grâce au soutien de la Fondation de la Famille J.W. McConnell.

Une Ruche d’Art, qu’est-ce que c’est?

Screen Shot 2015-04-09 at 12.46.35 PM

oeuvres réalisées par les gens du quartier – projet l’Art de l’Inclusion en 8×8 – la Ruche D’Art St Henri

“Le Réseau des Ruches d’Art relie une multitude de petits espaces régénératifs d’art communautaire, avec l’objectif de bâtir des solidarités à travers la distance géographique. Cette initiative vise à renforcer et à promouvoir les bienfaits de ces ateliers collectifs inclusifs et accueillants, à travers le Canada et le monde. Aussi connus sous le nom de “maisons publiques”, ces tiers-espaces créent de multiples occasions de dialogue, de partage de savoir-faire et de création artistique, entre des gens de divers horizons socio-économiques, âges, cultures et capacités. ”

 

La Ruche d’Art

Au coeur du quartier St Henri de Montréal, cette ruche accueille les gens du quartier, les passants curieux, des familles et visiteurs de contrées lointaines qui se réunissent pour faire de l’art gratuitement. Dès que le temps le permet, les volontaires peuvent mêler art et jardinage et s’exprimer dans le jardin à l’arrière de la ruche, à travers des créations inédites. L’espace est grand et chaleureux. Bénéficiant de donations de matériel, les possibilités de création sont multiples à la ruche d’art, mais c’est surtout l’accueil et le sens de communauté qui font chaud au coeur lorsqu’on franchit la porte. Carmen m’a fait visiter l’ensemble du lieu et m’a expliqué son fonctionnement. J’avais tout de suite envie de m’installer et de prendre part à l’atelier en cours animé par des étudiants de Concordia. Les murs sont entièrement recouverts de créations realisées par des participants aux divers “appels aux oeuvres d’art” que lance la Ruche. Lors de ma visite, le projet exposé était “l’Art de l’Inclusion”.

IMG_3625

Atelier en cours à la Ruche d’Art

Cette vidéo vous offre un aperçu complet de ce fantastique lieu et de sa mission :

La Coop Le Milieu

IMG_3583Le Milieu est une vrai coopérative de quartier. L’accès est libre, une contribution volontaire est appréciée mais pas obligatoire. Le matériel est constitué de récupération et de donations, les travailleurs sont bénévoles et le loyer est financé grâce au petit café qui propose des plats et gâteaux faits maison. Il faut dire que les temps sont rudes sur le plan financier dans le milieu de l’art communautaire, et il est souvent difficile pour le Milieu d’obtenir des financements car leur projet ne rentre dans aucune case.
L’ambiance est intime et conviviale. Rachel Chainey, la fondatrice de la coop est fière de contribuer à la vie du quartier en proposant des activités qui ne sont pas axées sur la consommation. Ouverte en général du Mardi au Samedi, la coop offre chaque soir un atelier différent (du cercle de tricot à l’atelier d’art textile en passant par l’introduction à la permacuture, tous types d’arts et de techniques sont représentées).
Tout le monde peut animer un atelier au Milieu. La coop souhaite valoriser les non experts et rompre avec  l’image élitiste que l’art peut avoir.
Les après-midi sont libres. La coop est ouverte, et vous pouvez utiliser le matériel et créer ce que vous souhaitez. Si vous avez besoin de conseils, il y aura toujours quelqu’un pour vous guider.

IMG_3581

Contrepointe de quartier réalisée par la communauté. On en trouve une dans chaque ruche.

IMG_3582

Rachel Chainey au café de la Coop

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Ruche Alexandra

Chaque ruche d’art a un projet et un style différent. La dernière que j’ai visité est également la plus récente. Elle a été mise en place le mois dernier, dans la salle communautaire d’un HLM du quartier de la Pointe St Charles. Toujours ouverte à tous, cette ruche se destine particulièrement aux habitants du HLM et vise à sortir certaines personnes de l’isolement. Elle s’inscrit aussi dans un projet de dynamisation du quartier sud de la Pointe,qualifié actuellement de désert culturel.
Lors de ma visite, les personnes présentes travaillaient sur la contrepointe du quartier avec l’aide d’une étudiante de Concordia qui animait l’atelier. Boutheina, intervenante sociale passionée, mène cette ruche avec beaucoup d’humanité.

IMG_3597

Atelier en cours à la Ruche d’art Alexandra

Pour en savoir plus sur chacune de ces ruches et sur l’ensemble du réseau : http://www.arthives.org/

N’hésitez pas à me contacter pour plus d’infos!

Catherine Lamaison, coordinatrice francophone en art communautaire,  Catherine Lamaison catherinelamaison@artbridges.ca

ArtBridges’ Member Spotlight: Art Show Brings Together Community of Seniors (Toronto)

EHC_to_ArtBridges_Painting_group_two

“Community, happiness, pride, intermingling of generations, all of these aspects came together for the Painting and Photography show at the Eglinton Hill Centre on May 28 where I teach a weekly photography class for active older adults who are members of the Centre.

Pride exuded from members as they described their painting and photography styles to their families and visitors and posed for local newspaper photographers. The show took up two rooms: one for painting and one for photography. Many of the members are multi-talented—they paint and take photographs.

I would like to present my behind-the-scenes observations leading up to the show. Even the planning of the show involved the artists at many levels. We had a general meeting to plan everything from the hanging of the show to the food served. Members volunteered to help with each part.

EHC_to_ArtBridges_art_auction_three

As a group, I led the photography class to pick out the best photos to exhibit based on a variety of styles from nature photographs to portraits. I also scheduled an extra class the week before the show to frame the photos. We conserved resources by reusing some frames and mats. The show-planning brought two class members who hadn’t attended in a while, in addition to newer members. Framing the photos was a production line, and everyone did their part from wiping the glass to deciding which photos should go in which frames.

I came in to hang the show the day before the opening. I anticipated that the painting teacher, Eliud Cruz, and I would do most of the work. Not so! A woman who had been very active in the class at the beginning, but was not attending now so she could attend ESL classes, volunteered to help me hang the photos. She quickly took all the old ones off the wall and was helpful in hanging and placing the new ones.

EHC_to_ArtBridges_group_one

As Eliud and I were getting ready to hang the paintings, a very active member of the photo class came by to pick up soda for the show in his shopping cart. He stayed after his errand to help us hang most of the paintings and place the labels underneath them. Without his help, we would have been there late into the evening!

I also learned new things about my students. One student in both the painting and photography class wrote in her a bio that she wanted to open her own gallery one day and she identified herself as an “artista”.

If you are interested in finding out more about the show, please click on the following link to the Eglinton Hill Centre newsletter: http://www.servicesforseniors.ca/images/stories/docs/rd_edit_ehc_news_june_2014_rdedit.pdf

EHC_to_ArtBridges_Photo_group_two

-all text and photos by Sonya Young, ArtBridges’ Outreach Coordinator and Member
Read Eglinton Hill Centre’s profile in ArtBridges’ Community-Engaged Arts Directory and Map

Member Spotlight: All Nations Healin’ Thru Artz (Regina)

All Nations Healin’ Thru Arts wrapped their 2013/14 program with their 6th Annual Talent Show performance this past April. Since 2008, ANHTA’s after-school program has been providing Regina’s at-risk youth with free multi-arts programming that includes everything from dance and voice training to creative writing, beading, photography and more. Throughout the eight months, youth participate in life-skills classes, employment training and cultural teachings and as an added bonus, transportation and dinner are also provided.

Many of the youth live in North Central, an area plagued by high levels of violent crime, drugs, prostitution and gangs. At one point, Macleans magazine called the community ‘Canada’s worst neighbourhood.’ Founder Monica Fogel says “We’re not here to be a saviour. We can’t change their lives for them. But we can give them opportunities to see another avenue…”

This documentary by Lucas Frison chronicles the eight month program with commentary from ANHTA instructors and youth participants.


Click here to watch the documentary

Eagleclaw Thom is a new media instructor at the Saskatchewan Institute of Applied Science and Technology and is just one of the qualified instructors who has committed their time and talent to working with ANHTA. This year he taught a 3-month photography and documentary film-making course. The youth had access to point-and-shoot cameras and were encouraged to record video diaries as a means of self-discovery and for discussing challenges they are facing in the community. Watch a short documentary about the photography and film-making class below and then check out some of the photographs taken by the youth.


Click here to watch the mini-documentary


Click here to watch the slideshow

Registration for next year’s program starts in September. Check the All Nations Healin’ Thru Artz Facebook page for more information.

– Cora, Indigenous Community Arts Coordinator & Communications Assistant, ArtBridges
Posted with permission from Monica Fogel, ANHTA